Andrzej Zulawski, chronique

Petit extrait de l’article de Jean Thooris paru sur le site Pop, Cultures et Cie :

Ironie amère : c’est au moment où Andrzej Zulawski décède que paraît un ouvrage français lui étant consacré (le premier, malgré treize films et plus de quarante ans de carrière). Voilà au moins de quoi venger le fan zulawskien des hommages tièdes, bâclés, embarrassés parfois, ayant accueilli, en février dernier, l’annonce de cette disparition. Des hommages de vieux. Le livre de Jérôme d’Estais, involontairement, indique ainsi qu’une nouvelle génération (ayant découvert Possession sur le petit écran, dans les années 80) s’oppose dorénavant aux discours de la vieille garde, cette vieille garde campée sur des positions rassurantes, moralisatrices.

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.